De l'art de charger le pèlerin

10%, c'est le chiffre magique pour ce qui concerne le poids du sac. (10% du poids du pèlerin) N'y revenons pas, cela frappe les esprits, même si ce n'est pas très juste, et c'est donc suffisant pour que cela soit efficace. Autre méthode :

1) Etalez tout ce qu'il vous semble nécessaire

2) Sélectionnez dans cet étalage ce dont vous ne pouvez réellement pas vous passez

3) Remettez le reste dans vos armoires

4) Reprenez ce qui vous fait envie avec la conscience aigüe que vous allez le porter. En principe vous devriez être satisfait de votre sac.

Il s'agit maintenant de le ranger. Il est toujours étonnant de voir certains pèlerins, non atteint de perte de mémoire, chercher un quart d'heure une paire de chaussette, une paire de lunette, ses sandales d'appoint ou un crème apaisante contre les piqures.

Un sac à dos doit être compartimenté et le pèlerin ordonné.

On peut distinguer différentes zones dans le sac à dos et il s'agira de les exploiter en fonction de leur facilité d'accès ou de la fréquence d'utilisation. De même, nos affaires peuvent être classées selon leurs domaines d'utilisation, par exemple comme suit :

- Le linge de nuit

- Le linge de jour propre

- Le linge à laver ou humide

- Le nécessaire de toilette, serviette comprise

- La pharmacie (en container plastique)

- Le duvet - Les équipements contre la pluie et le vent

- La nourriture (en container plastique pour éviter d'écraser les tomates ou les fruits)

- Les autres accessoires comme sandales de secours, boussole, couteau, couverts, lunettes de soleil, PQ etc…

Pour ce qui concerne les différents compartiments du sac à dos on peut distinguer les zones suivantes :

- La poche supérieure extérieure, tenante ou pas au sac, qui comporte souvent une grande poche s'ouvrant par l'avant et une poche inférieure souvent plate. A noter des élastiques ou des sangles sur le dessus de cette poche.

- La partie interne au sac et supérieure accessible par fermeture éclair

- La partie interne et inférieure aussi accessible par fermeture éclair (souvent une plaque cartonnée assure la séparation de la partie haute)

- Deux poches de côté, saillantes ou rentrantes, accessibles par l'extérieur.

- Le dessous du sac où des sangles permettent l'arrimage d'éléments type matelas.

- Une partie particulière située entre la poche supérieure et le haut du sac lui-même où l'on peut caler quelques éléments, tenue par l'ajustement des sangles de la poche supérieure.

- La ceinture elle-même est aussi un élément qui peut servir à l'arrimage des gourdes par exemple et de l'appareil photo.

Voilà le problème est posé et sa solution est relativement simple : faire correspondre les emplacements aux différents éléments transportés selon leur fréquence d'utilisation ou la facilité d'accès adéquate.

- La poche supérieure extérieure, tenante ou pas au sac, qui comporte souvent une grande poche s'ouvrant par l'avant et une poche inférieure souvent plate. A noter des élastiques ou des sangles sur le dessus de cette poche. On y met la pharmacie dans un container plastique relativement plat, car contrairement à ce qui se pratique, la pharmacie doit être de suite utilisable pour traiter une ampoule, une piqûre. Il faut savoir s'arrêter immédiatement quand un échauffement de pieds se produit, se déchausser et remédier au problème plutôt que de se dire " c'est rien, ça va tenir " et attendre la fin de la journée au gîte " : l'ampoule est devenue " halogène " On y met aussi les lunettes de soleil, la boussole, la petite lampe de poche solaire, le joli couteau auquel on tient, les couverts pour manger (dans une petite poche plastique),une paire de lacets de rechange(ça sert aussi à étendre) ou un bout de ficelle à étendre avec les épingles, et différents petits éléments que l'on pourrait avoir ainsi que les feuilles annexes au guide nécessaires au voyage, sans oublier le PQ. Dans la poche plate en sous face, différents papiers qui peuvent être utile. Attention, les papiers important comme carte d'identité, passeport, billet d'avion ou de train, l'argent, Carte bleue et la crédenciale doivent être dans une sacoche type banane (que vous vous sanglez sur le ventre) ou sacoche plate qui ne vous quitte jamais, même quand vous allez à la douche ou aux toilettes, vous dormirez avec. Sur le dessus de cette poche, grâce aux élastiques, vous mettrez votre petite polaire du matin que vous utiliserez au besoin lors d'un arrêt.

- Une partie particulière située entre la poche supérieure et le haut du sac lui-même où l'on peut caler quelques éléments, tenus par l'ajustement des sangles de la poche supérieure. C'est là que se mettent les sandales de rechange que vous utilisez le soir au gîte ou lors d'un arrêt car il faut souvent s'aérer les pieds et ne pas marcher pieds nus. Le mieux c'est d'utiliser un sac en tissu léger avec cordons pour les ranger, au moins c'est de suite accessible.

- La partie interne au sac et supérieure accessible par fermeture éclair En commençant du bas vers le haut : le linge de jour propre qui sera votre change pour le jour suivant, le linge de nuit le linge humide ou à laver les gros équipements de pluie (pantalon et veste) ou contre le froid (selon la saison) et sur le dessus pour finir les deux containers plastiques contenant la nourriture ainsi facile d'accès puisqu'il n'y qu'a ouvrir la poche supérieure pour y accéder ainsi que le petit camping gaz dans la popote alu.(le cas échéant)

- La partie interne et inférieure aussi accessible par fermeture éclair (souvent une plaque cartonnée assure la séparation de la partie haute)

En partant du haut vers le bas du sac : (selon les types de sac) Le duvet La trousse de toilette et la serviette Eventuellement d'autres vêtements plus volumineux et lourd dont on ne sert que rarement. A noter que les sacs qui s'ouvrent aussi par le bas sont très pratique.

- Le dessous du sac où des sangles permettent l'arrimage d'éléments type matelas On y sangle le matelas de couchage très pratique pour la sieste ou pour s'assoir les jours de pluie.(Roulé autour de la tente de camping) On s'y assoie aussi quand il fait beau sans le détacher du sac, cela fait un siège parfait ou un super oreiller si l'herbe est belle et grasse.

- Deux poches de côté, saillantes ou rentrantes, accessibles par l'extérieur. Ces deux poches sont très pratiques pour y loger dans une le poncho de pluie et dans l'autre le coupe-vent, une polaire, un bonnet, des gants, un tour de cou en polaire (bien mieux qu'une écharpe), les guêtres. (il reste de la place pour y loger le pantalon de pluie s'il on le retire en cours de journée) A noter que les meilleures capes de pluie s'ouvrent sur l'avant ce qui permet de s'aérer au besoin et surtout de pouvoir s'en dégager à partir des bras tout en marchant et en la gardant sur le sac : si on doit la remettre pas besoin de s'arrêter !

- La ceinture elle-même est aussi un élément qui peut servir à l'arrimage des gourdes par exemple et de l'appareil photo. Surement une des meilleures solutions pour porter ses gourdes. Prendre une poche en tissu isotherme dont le bas permet le passage d'une sangle, faire passer une des sangles de bas de sac et accrocher le haut avec une épingle à nourrice solide. On peut en mettre deux, une de chaque côté. Chacun choisira une bouteille de 75 cl ou 1l 25 ou 1l 50. De cette manière la bouteille est facilement accessible et surtout le poids est directement sur les hanches et la bouteille est bien maintenue sans balancer de toutes parts. Les ceintures ont souvent une petite poche idéale pour l'appareil photo numérique.

Voilà, le sac est bouclé, il doit être équilibré, compact et beau.

Il ne reste plus qu'à…partir

Serge du relais des jacobins à Cahors