Le Pèlerin pré-auroral

Bonjour à tous les Pèlerins, Hébergeurs et autres Acteurs du Chemin. Je prends ma plume, mon clavier plus exactement, pour profiter de certaines tribunes efficaces, c'est-à-dire lues, car avec l'été arrive la vague du Pèlerin de l'avant aurore. Mon esprit n'est surtout pas de lancer une polémique : le sage sait entendre, parler et agir sans se fermer ni crier ou rester inactif.

Je pense qu'il serait bon qu'un maximum d'hébergeurs du Chemin français profitent de leur situation géographique pour tenter de redonner du sens à l'esprit communautaire du chemin, les espagnols pourraient en bénéficier, et essayer pour autant que faire se peut une " mini éducation " en privilégiant le dialogue avec les Pèlerins. Pour ma part j'ai entamé le processus en rappelant quelques " vérités " simples, aucunement polémiques, en affichant sur un mur quelques phrases favorisant la discussion, voire la réflexion, au minimum éveillant la curiosité.

Le sujet est le départ avant l'aurore dans un gîte d'étape du chemin (c'est différent d'un hôtel, d'un camping ou d'un gîte de montagne sur les flancs du Mont blanc)

En premier lieu rappelons qu'un gîte est une communauté de personnes ayant décidé de dormir sous le même toit, voire y manger et y petit déjeuner. Personne n'oblige les pèlerins à rejoindre cette communauté, certains optent pour d'autres styles d'hébergement voire le camping bivouac. Que le gîte soit privé, associatif, communal ou religieux, le principe reste le même, la communauté est librement consentie. Il est souhaitable, préférable, que tous les membres de cette communauté adoptent à peu près les mêmes règles de vie, en l'occurrence, lever à telle heure, déjeuner à telle heure…etc Je connais des gîtes espagnols où cette heure de lever est votée le soir. Autre solutions que les gîtes espagnols pratiquent, fermer à clef avant telle heure et surtout réception des pèlerins pas avant 15 ou 16 h, pour éviter l'arrivée à midi… Qu'un ou que des pèlerins décident arbitrairement de s'extraire de cette communauté sans en demander la permission ni l'avis, sans même prévenir, est une attitude sans conteste hautement individualiste. MOI JE … Les autres n'ont pas demandé à être réveillé à 5H !

L'heure du petit déjeuner est un autre sujet, disons que dans la majorité des cas il n'est pas obligatoire.

Voyons donc maintenant les raisons de ce départ avant l'aurore.

Les raisons officielles sont :

- Crainte de la chaleur

- Longue étape

- Plaisir de marcher très tôt matin

- Lumière du matin pour les photos, humer la rosée, entendre le chant des oiseaux etc…

Les raisons officieuses sont :

- Arriver tôt au gîte pour prendre une douche et faire la sieste (ce qui provoque un lever encore plus tôt le lendemain)

- Arriver tôt pour avoir un bon lit (choix) bien placé (ou une place en Espagne)

- Arriver tôt pour être sûr d'avoir de l'eau chaude dans les douches et ne pas faire la queue

- Arriver simplement sans se soucier ce que signifie " arriver à midi " dans un gîte. Ce qui, vous en conviendrez, est loin de l'esprit du chemin : solidarité, partage et générosité !

Mais n'accablons pas plus le pauvre pèlerin matinal, c'est souvent pour calmer ses angoisses qu'il adopte ce genre de comportement. Tentons de lui donner confiance en lui en lui rappelant quelques données simples et amicales.

- Les températures maximales moyennes en été dans le sud-ouest de la France sont de l'ordre de 28 à 30 °

- Les températures de l'ordre de 35 ou 40 ° sont exceptionnelles

- Les températures maximales moyennes sur le Camino Frances en Espagne sont quasi identiques à celle du sud-ouest de la France (TOULOUSE /BURGOS) (altitude moyenne en Espagne : 700 à 800 m)

- C'est normal qu'il fasse un peu chaud en été, sinon partir en avril ou en septembre octobre…(mais ils se lèvent quand même à 5 H du mat …)

- Le zénith du soleil en été dans le sud-ouest de la France est aux environs de 14 H (plus tard en Espagne)

- Il est de son intérêt de prévoir ses étapes au jour le jour en fonction de la météo et de sa condition physique (il n'est pas obligé de faire 30 ou 35 km)

Enfin suggérons-lui une autre manière de marcher en été sur le chemin : partir entre 7 et 7h30 pour s'arrêter vers 13H (je recommande un arrêt chaussures enlevées pieds nus toutes les heures et demi, ça évite les ampoules et les tendinites) Il aura donc parcouru au minimum 15 km. Manger et faire la sieste à l'ombre jusqu'à 15 h 30. Reprendre le chemin reposé pour faire les 5 ou 10 km restant. Arrivé vers 17h30 18 h, en pleine forme et content de sa journée. Il lui restera encore le temps après la douche de discuter, visiter voire aller à la messe. Le soleil se couche vers 21h40 et plus tard en Espagne.

Autrement dit ne chercher pas à conserver un mode de vie du nord de l'Europe quand vous êtes au sud de cette même Europe.

Il est plus facile et plus enrichissant d'adopter les coutumes locales.

On décrie souvent le chemin pour sa dérive " mercantile " (consumériste), soumettons aux pèlerins philosophes de débattre sur le sujet suivant : quel meilleur signe de consommation que d'arriver à midi dans un gîte ?

Cassez vos habitudes, cassez vos certitudes, prenez la parole et tentez le chemin de l'aventure, de la découverte au contact des autres dans le respect, la fraternité et la solidarité. Vous en reviendrez grandi et heureux. C'est dans l'incertitude que nait la confiance, c'est dans le doute que s'exprime la providence. Je ne suis pas sûr que cet article change le pèlerin, mais j'ai confiance. Je suggère aux hébergeurs de ne pas hésiter à afficher quelques maximes qui inciteront à la réflexion.

Voici ce que j'ai affiché dans mon gîte :

- Le touriste exige, le pèlerin remercie

- " Chacun son chemin " ne signifie pas " chacun pour soi "

- Les pèlerins qui partaient à l'aube au moyen âge, c'était pour marcher jusqu'au coucher du soleil et faire 45 km

- N'arrivez pas à midi dans un gîte, vous seriez en retard pour le petit déjeuner

- Les pèlerins notent les gîtes, les gîtes devraient noter les pèlerins

- La meilleure manière de partir tôt sans réveiller personne, c'est de dormir seul ou dehors

A tout hasard je précise que je n'empêche personne de partir tôt voire très tôt, mon organisation est prévue pour.

Arrivé à la fin de cet article il est 11h 55, le 26 juin 2012, la température est de 29 ° et j'entends la cloche ! Je vais donc accueillir et installer ce pèlerin (ou pèlerine, je ne sais pas encore) j'aurais peut-être la chance de faire une petite sieste après !

Je souhaite un bon chemin à tous les pèlerins et une bonne fin de saison aux hébergeurs, en remerciant tous les acteurs du chemin et surtout tous les pèlerins qui sont dans leur immense majorité des gens formidables. Je ne les remercierai jamais assez de toutes les émotions qu'ils me font partager.

Serge du Relais des Jacobins à CAHORS