Pourquoi les Jacobins ? Un peu d'histoire...

RETOUR

ACCUEIL

Pourquoi ? En fait, c'est très simple. Le relais des Jacobins si situe au N° 12 de la rue des Jacobins à Cahors et cette rue se nomme ainsi parce qu'elle jouxte l'ancien couvent des Jacobins. CQFD...

Cependant, je trouve intéressant de dire quelques mots sur les Jacobins. De prime abord, quand on parle des Jacobins on pense à la révolution française et à un courant politique: le Jacobinisme. On a raison. Le jacobinisme est une doctrine politique qui défend la souveraineté populaire et l'indivisibilité de la République Française. Il tient son nom du club des Jacobins parisien dont les membres, issus du mouvement du jansénisme parlementaire, s'étaient établis pendant la révolution française dans l'ancien couvent des Jacobins.

Donc tout cela ne date pas d'hier, première constatation. En fait de 1789, ça vous parle?

Wikipédia nous dit :

Dès les tout premiers jours de juin 1789, avant que les trois ordres ne soient encore réunis en un corps délibérant, une société de pensée regroupa des délégués du tiers état qui se réunirent lors de la rédaction des cahiers de doléances. Elle a pris le nom de Club breton car elle est animée par plusieurs députés issus du parlement de Bretagne, mais aussi d'Armand Le Camus, Guillotin, Isaac Le Chapelier, tous trois signataires du cahier de doléances de Paris. L’action du Club breton se limite à discuter des affaires en cours avant les débats à l’Assemblée et se caractérise concrètement dans l’homogénéité des votes que vont émettre les députés du Tiers qui cessent par son entremise d’être une cohue pour devenir un parti. Après les Journées d’octobre (5 et 6), la Société s’installe au couvent des Jacobins St Honoré et prend le nom de « Société des amis de la Constitution ». Commence alors véritablement l’histoire du Club. On a l’habitude de diviser cette histoire en trois périodes (selon Michelet), certains historiens comme Claude Mazauric refusent cette périodisation car elle correspond trop aux trois Assemblées successives (Constituante, Législative et Convention). Ce qui est important, c’est de voir l’évolution de la Société dans le temps et comment elle en est venue à diriger politiquement le pays. Quand la Société s’installe dans le couvent des Jacobins, elle regroupe 200 députés de tendances diverses. Son premier président est le député breton Isaac Le Chapelier, on retrouve aussi ce qui va former le triumvirat Barnave, Duport, les frères Lameth et des députés de la gauche comme Robespierre.
Voilà nous sommes à Robespierre, puis la terreur etc...Aux XIXe et XXe siècles, jacobinisme est synonyme de dictature révolutionnaire, dictature de la liberté.
Le temps passant, le terme jacobinisme est donc couramment utilisé aujourd'hui, par glissement de sens, comme synonyme de centralisme,voire aussi de parisianisme. C'est déjà un peu mieux !
Mais enfin, où peut être le rapport des Jacobins et du chemin de compostelle? ( oui cela me ferait plaisir sûrement...) Il faut donc revenir à la révolution et surtout au couvent qu'a investi pour se réunir le fameux club des bretons. C'était le couvent des Jacobins ! Qui donc sont ces pemiers Jacobins? surement des religieux puisque résidant dans un couvent. En effet, les Jacobins sont des religieux de l'ordre des dominicains.
L'entrée modeste du couvent, à trois arcades, cachait presque son existence dans l’encadrement des maisons qui le cernaient. Pourtant l’église, quoique simple, était vaste et précédée d’une large et belle cour. Les bâtiments conventuels se pressaient à ses abords. La rivalité entre les religieux jacobins (Dominicains) et cordeliers (Franciscains) datait du XIIIe siècle. Tandis que les premiers passaient pour être demeurés pauvres et sobres, les seconds acquirent une solide réputation de bons vivants.
On chantait : Boire à la jacobine C’est chopine à chopine, Mais boire en cordelier C’est vider le cellier.
Qui donc sont-ce ces Dominicains ? Voici leur histoire française telle que nous la raconte toujours wikipédia:
Saint Dominique fonda la première maison de l'ordre à Toulouse. En 1217, il envoie des frères à Paris pour se former à l'université; la maison acquise près de la Sorbonne (près de l'actuelle rue Saint-Jacques) fut dédiée à saint Jacques. Au XVIIe siècle, un second couvent, qui accueillait le noviciat de la province réformée d'Occitanie, fut fondé à la rue du Faubourg Saint-Honoré où il existe encore. À la Révolution française, les dominicains connaissent des besoins financiers. Ils doivent louer leurs couvents. Le club des amis de la constitution loue leur établissement de la rue du Faubourg Saint-Honoré. On a alors coutume d'appeler ce club, le club des Jacobins, le lieu des réunions ayant été donné au club. Le club des Jacobins s'installe aussi à l'église Saint-Thomas d'Aquin. Supprimés en France en 1790, les dominicains y sont restaurés en 1850 (date du rétablissement officiel de la province de France) par le Père Henri Lacordaire. Certains couvents durent fermer après le décret du 29 mars 1880. Ils furent expulsés en 1903 et leurs biens confisqués. Les dominicains furent autorisés à revenir en France dans les années 1920.
Donc, la première demeure parisienne de ces Dominicains fut dédiée à St Jacques d'où le nom de Jacobins puisqu'en fait c'est la même racine. Voilà qui nous rapproche du chemin.
Cependant, les Dominicains viennent d'encore plus loin dans le temps. Je vous épargne l'histoire complète de cet ordre précheur et mendiant et vous renvoie si vous voulez en savoir plus à la page wikipédia : ICI
Jacques et Jacob,(en latin Jacobus) nom qu'utilise encore les Allemands par exemple et ce ne sont pas les seuls, ont une histoire commune.
Le prénom Jacques est un doublet (même origine mais n'ayant rien à voir) de Jacob. Tous deux sont issus de l'hébreu, sans doute d'un mot signifiant talon. On sait en effet que Jacob serait né en tenant son frère Ésaü par le talon. Le même terme pourrait aussi avoir eu le sens de supplanter, allusion au plat de lentilles par lequel Jacob prit son droit d'aînesse à Ésaü. Le nom a été popularisé à la fois par le patriarche Jacob et par les divers saint Jacques chrétiens. Il a été latinisé en Jacobus. L'adjectif français correspondant au nom est jacobéen ou jacobin. Jacobite a aussi été utilisé jusque vers les années 1950. Depuis les années 1980 un nouvel adjectif a été forgé : jacquaire. Il est de plus en plus employé pour tout ce qui lié à saint Jacques, en relation avec le pèlerinage à Compostelle. On nomme "associations jacquaires" les associations d'anciens pèlerins. On parle de symboles jacquaires. par extension, le patrimoine jacquaire est tout le patrimoine lié aux cultes de saint Jacques, qu'il soit en relation avec Compostelle ou non.
Je trouvais intéressant d'apprendre que le qualificatif de Jacquaire est en fait trés jeune : 1980 ! C'est le privilège des gens sans grande culture comme moi que de s'émerveiller d'apprendre quelque chose.
Quand à note Jacques du chemin voilà ce qu'il faut en savoir, en partie seulement, car il y a beaucoup à dire. Fils de Marie Salomé et de Zébédée, saint Jacques est appelé le Majeur : cette épithète lui venant de sa qualité d'aîné, car il est le frère aîné de l'apôtre Jean, et tous deux sont surnommés Boanerges, c'est-à-dire « fils du tonnerre » (Mc 3. 17). Cela permet aussi de le distinguer de l'autre apôtre « Jacques, fils d'Alphée ». Saint Jacques est l'un des toust premiers disciples de Jésus, et il est un de ses plus proches. Il participe, avec Pierre et Jean, à des événements importants : la Transfiguration, l'agonie de Jésus au Mont des Oliviers. Ces mêmes apôtres sont les seuls à Le suivre lorsqu'il part ressusciter la fille du chef de la synagogue. Enfin Jacques est cité parmi les témoins de la troisième apparition de Jésus après sa mort, sur les bords du lac de Tibériade (épisode de la pêche miraculeuse rapporté par saint Jean). Jacques est le seul apôtre dont la mort est rapportée dans le Nouveau Testament : « Il (Hérode) fit périr par le glaive Jacques, frère de Jean. » (Actes, XII:2) Il est fêté le 25 juillet
Puis sa dépouille fut ramené en gallice, terre qu'il devait évangéliser. la riche histoire du chemin de Saint jacques pris naissance au IX siècle quand l'ermite Pelayo trouva sa sépulture.
En espérant vous avoir diverti, je vous donne rendez vous au gîte, nous pourrions en reparler...
Bon chemin à vous et à vos compagnons de marche.
RETOUR