La devise de la ville, en occitan, est : « Sèm de Caors, avèm pas paur », à savoir « Nous sommes de Cahors, nous n'avons pas peur », la prononciation occitane de «Cahors », rimant avec « paur »

Il est à remarquer que le pont qui figure sur le blason n'est pas le Pont Valentré

L'Arc de Diane : vestige ges thermes gallo-romains
Le pont Valentré (en occitan pont de Balandras), également appelé pont du Diable, est un Pont fortifié du XIVe siècle franchissant le Lot à l'ouest de Cahors. Il offre aujourd'hui, avec ses trois tours fortifiées et ses six arches précédées de becs aigus, un exemple de l'architecture de défense du Moyen Âge, devenu le symbole de la ville de Cahors.
La construction en s'éternisant sur plus d'un demi-siècle (le pont a été commencé en 1308 et achevé en 1378), fit naître la légende que chaque cadurcien se plaît à raconter. Exaspéré par la lenteur des travaux, le maître d'œuvre signe un pacte avec le Diable. Selon les termes de ce contrat, Satan mettra tout son savoir-faire au service de la construction, et s'il exécute tous ses ordres, il lui abandonnera son âme en paiement. Le pont s'élève avec rapidité, les travaux s'achèvent, le contrat arrive à son terme. Pour sauver son âme, car il ne tient pas à finir ses jours en enfer, il demande au diable d'aller chercher de l'eau à la source des Chartreux, pour ses ouvriers, avec un crible. Satan revint naturellement bredouille, l'exercice étant impossible, et perdit son marché. Décidé à se venger, le diable vient chaque nuit desceller la dernière pierre de la tour centrale, dite Tour du diable, remise en place la veille par les maçons. En 1879, lors de la restauration du pont, l'architecte Paul Gout fait apposer dans l'emplacement vide, une pierre sculptée à l'effigie du démon qui depuis, reste désespérément accroché, les griffes prisonnières du ciment.

La cathédrale Saint Etienne

Véritable joyau architectural, elle fut édifiée au XIe siècle par l'évêque Géraud de Cardaillac, sur l'emplacement de l'ancienne église bâtie au VIIe siècle par saint Didier. Elle fut bâtie et construite grâce aux libéralités de Dagobert, par l'évêque Géraud III vers 1090. Elle fut consacrée par le pape Calixte II le 10 septembre 1119, et fut achevée vers 1135.

Deux puissantes coupoles sur pendentifs, de style byzantin, culminant à 32 mètres, reposent sur six forts piliers. Seule Sainte-Sophie de Constantinople dépasse l'amplitude de cette nef.

La cathédrale Saint Etienne

Tour du du pape Jean XXII

L'Hôtel de Roaldès du XVe siècle, encore appelé

« Maison Henri IV »

Le roi Henri IV y aurait séjourné lors des Guerres de religion qui ont fait rage dans la région. La famille de Roaldès qui vit toujours à Cahors, a compté au XVIe siècle, un juriste célèbre, François Roaldès, professeur à l'université de Cahors

CAHORS en bateau mouche

Le marché de CAHORS le mercredi et le samedi

Visite virtuelle (site de la mairie de Cahors)
Site de l'office de tourisme de Cahors
La page WIKIPEDIA de Cahors
L'Aqueduc de Cahors

Les vins de cahors

  site du Diocese de Cahors
   
  ACCUEIL DU SITE
  RETOUR PAGE